Numéro 19

La constitution du document en histoire des sciences du langage.

Publié en ligne le 04 octobre 2005

Etudes réunies et présentées par

Jacques-Philippe SAINT-GÉRAND

Les études que nous présentons ont pour ambition de refléter les interrogations contemporaines concernant la définition, l’histoire et l'évolution des concepts que l'on applique à l'ensemble hétérogène du langage. Préjudiciellement à toute étude des faits, se pose la question de la constitution du document, comme l'objet légitime d'analyse : de l'angle par lequel il convient de l'aborder pour l'observer et en tirer des conclusions; de la nature des faits à alléguer ; des procédures de transmission de la matérialité même de ces faits; des acteurs historiques de la recherche et de leur insertion dans le réseau tramé des influences, des soumissions, des occultations, des résurgences, des interdits institutionnels. Etudiée par Guy Serbat et Sylvie Mellet, elle fournit la matière de nouvelles observations sur les faits linguistiques modernes, perçus dans un vaste mouvement de translation, qui impose de remettre en cause la validité de descriptions fondées sur les modèles de langues arbitrairement constituées en origine absolue. Leurs études spécifient en outre les processus de définition d'un objet métalinguistique : cas et catégorie grammaticale, dont la validité ne peut être que relative à la théorie tout entière qui les intègre. Bemard Colombat et Claire Lecointre envisagent le statut de l'ellipse comme figure de rhétorique et principe d'analyse de la construction dans des textes de la Renaissance et de l'âge classique. L'un et l'autre insistent sur l’ambiguïté fondamentale d'une telle conception, qui, selon les cas, permet de justifier l'abstraction de mécanismes de pensée, d'expliquer les raccourcis d'expression, et qui légitime — apparemment — la justification de faits mal expliqués à partir de considérations d'ezempla peu représentatives. Wendy Ayres-Bennett, à partir de Vaugelas, retrace l'évolution du genre des Observations et Remarques jusqu'à l’époque contemporaine, scrute ses transformations, en définit une typologie, et précise les limites et les portées d'une activité métalinguistique typique du français. Jan de Clercq attire l'attention sur l'importance des publications périodiques du XVe siècle en matière de langue ; en insistant sur le travail de diffusion du savoir des Jésuites de Trévoux, il réhabilite l'entreprise de Buffier et détecte, à cette époque, l'importance de son attitude immanentiste. Daniel Baggioni a exploré le « cas » symptomatique de Gustave Fallot et de son influence dans la constitution d'une philologie et d'une linguistique françaises, en raison de la culture technique et des intérêts spéculatifs du jeune érudit. Sa réflexion pose la question du sens à donner aux oubliés de l'historiographie d'une discipline. Jacques-Philippe Saint-Gérand et Gérard Dessons s'attachant aux modifications conceptuelles de la notion de poétique — qui pour l'ensemble des règles extérieures conditionnant l'écriture littéraire à l'« innere dichterische Form » de Dilthey — ont abordé le problème d'une transformation des contenus sous une apparente fixité de l’expression. Brigitte Nerlich a reconstitué l'histoire interne des transformations ayant conduit de la phonétique historique et descriptive à une conception structuraliste et phonologique de cet univers sonore. Des réflexions, enfin transcendent la particularisation des découpages séculaires achèvent de conférer à cet ensemble une portée programmatique. Pierre Swiggers, interrogeant les fondements de l'entreprise historiographique, met en évidence les différences successives de modélisation de l'objet, puis les conséquences de la métaphorisation comme forme de représentation des mécanismes explicatifs, avant de proposer un modèle interprétatif tri-dimentionnel restituant à l'objet par l'intermédiaire des documents, toutes les complexités des faits immergés dans la pratique quotidienne de la langue. Jean-Claude Müller, pour sa part, attire justement l'attention sur la nature et l'intérêt des correspondances entre linguistes comme mode d'approche des influences réciproques et des transformations de la pensée scientifique en prenant comme exemple Grassmann, Kleinhans, Grimm et Verner. Il propose ainsi de compléter l'étude des opera magna de la linguistique par l'observation des laboratoires du savoir, dans lesquels toutes les opérations et manipulations de censure, de mutation, de pulvérisation, de sublimation ou simplement de déformation sont visibles et attestées.

  • Observations et Remarques sur la langue française : histoire d’un genre. Par Wendy AYRES-BENNETT

    [ Article non disponible en ligne]

  • Les " Mémoires de Trévoux " (1701-1762) et la réception de la grammaticographie française.. Par J. DE CLERCQ

    [ Article non disponible en ligne]

  • De la phonétique à la phonologie. Éléments pour une histoire de la " Science des sons ".. Par B. NERLICH

    [ Article non disponible en ligne]

  • Priscien et l’énigme de l’ablatif.. Par G. SERBAT

    [ Article non disponible en ligne]

  • Élaboration progressive d’une catégorie grammaticale : à propos du temps verbal.. Par S. MELLET

    [ Article non disponible en ligne]

  • Les turbulences du signifiant : Ellipse et sous-entendu dans la tradition grammaticale de Despautère à Port-Royal.. Par Cl. LECOINTRE

    [ Article non disponible en ligne]

  • Creuser dans l’histoire des sciences du langage : vers une archéologie du savoir linguistique.. Par P. SWIGGERS

    [ Article non disponible en ligne]

  • L’autorité de l’exemple face au renouvellement des stratégies explicatives dans la syntaxe latine de l’accord.. Par B. COLOMBAT

    [ Article non disponible en ligne]

  • De l’écho au miroir : passage des poétiques anciennes à la critique du poétique, au début du XIXe siècle français.. Par Jacques-Philippe SAINT-GÉRAND

    [ Article non disponible en ligne]

  • Avatar d’une notion : la poétique, signification de la vie, selon Dilthey.. Par Gérard Dessons

    [ Article non disponible en ligne]

  • Des correspondances de linguistes et de leur valeur historiographique.. Par J.-Cl. MULLER

    [ Article non disponible en ligne]

  • Linguistique fantastique ou théorie prophétique ? Le " cas " Gustave Fallot.. Par D. BAGGIONI

    [ Article non disponible en ligne]

Comptes-rendus

  • Daniel Calvez, le langage proverbial de Voltaire dans sa correspondance (1704-1769).. Par Jean-Pierre SEGUIN

    [ Article non disponible en ligne]

  • Marc Eigeldinger, Mythologie et intertextualité.. Par Jacques-Philippe SAINT-GÉRAND

    [ Article non disponible en ligne]

  • Ernest Renan, De l’Origine du langage ; Victor Henry, Antinomies linguistiques, suivi de Le Langage martien ; William Dwight Whitney, La Vie du langage.. Par Jacques-Philippe SAINT-GÉRAND

    [ Article non disponible en ligne]

  • Catherine Fuchs, L’Ambiguïté et la paraphrase.. Par Jacques-Philippe SAINT-GÉRAND

    [ Article non disponible en ligne]

  • Raymond Trousson, Charles De Coster ou La Vie est un songe.. Par Paul Gorceix

    [ Article non disponible en ligne]

Illustration La constitution du document en histoire des sciences du langage.

Nombre de pages : 231

Format : 15,5x22,5 cm

ISSN : 0398-9992

Prix TTC : 15,5 euros

Date de parution :

01 mai 1991

Pour commander

Vanessa Merle
La Licorne
Tél. 05 49 45 32 10
[Ecrire]
Presses universitaires de Rennes
Tél. 02 99 14 14 01
[Site web]

Les Presses Universitaires de Rennes
 
 
Revue La Licorne - ISSN 0398-9992
Faculté des Lettres et des Langues - Maison des Sciences de l'Homme et de La Société
Bâtiment A5 – 5, rue Théodore Lefebvre, TSA 21103 - 86073 POITIERS - Cedex 9 – France
Tél : 05 49 45 32 10
http://edel.univ-poitiers.fr/licorne - lalicorne@mshs.univ-poitiers.fr
Page générée par Lodel

Administration du site (accès réservé)  - Crédits & Mentions légales