Numéro 45

Mallarmé et la prose

Publié en ligne le 20 octobre 2005

Etudes réunies et présentées par

Henri SCEPI

Mallarmé et la prose : conjonction inattendue sans doute que celle-là, qui associe au nom de Mallarmé, praticien rigoureux du vers — cette forme qui par son resserrement concerté nie le hasard — le domaine fluctuant et toujours incertain de la prose. Il est vrai que Mallarmé a eu le souci de nettement distinguer le vers de la prose, distinction bien naturelle d'ailleurs, codifiée, soutenue par tout un appareil de preuves et d'emplois. On sait dès lors à quel versant la valeur du poétique renvoie comme par essence constitutive : ramenée au vers la poésie réévalue le « canon hiératique » du mètre en vue d'une « métrique absolue » enrichie d'une musique irréductible qui n'est autre, semble-t-il, que la conversation qu'une pensée mène avec elle-même dans et par la contrainte d'une forme. Rien donc ne tient que par le vers, en tant que celui-ci seul est apte à redisposer par le prodige d'une simultanéité les divisions internes de la pensée : « Le vers, écrit Mallarmé, par flèches jeté moins avec succession que presque simultanément pour l'idée, réduit la durée à une division spirituelle propre au sujet : diffère de la phrase ou développement temporaire, dont la prose joue, le dissimu-lant, selon mille tours ». La tentation est grande de réduire la prose aux effets labiles de la surface, de la borner aux simples mécanismes de relâchement de la parole non réglée, au prorsus qui se déroule sans d'autre conduite que celle de l'élan aléatoire : la prose ou « l'universel reportage », l'inutile verbiage ? description de description. Or, précisément, — et ce malgré certaines apparences —, Mallarmé s'attache à penser la prose sans l'exclure : il la constitue en objet d'examen théorique et critique et en fait du même coup l'enjeu d'une pratique scripturale. Certes, « il n'y a pas de prose », dit-il : mais cette oblitération ne vaut pas annihilation. Ce geste d'apparente exclusion correspond en fait ici à une intention de requalification. Il s'agit, bien sûr, de distinguer la prose des autres modes d'agencement et de fonc-tionnement du discours, mais il importe aussi de la distinguer d'elle-même, de la livrer à un travail d'auto-différenciation par lequel elle parviendrait à se libérer des préjugés et des conventions qui l'enferment. La visée théorique consiste donc à placer la prose sous le prisme du poé-tique ? non pas pour la poétiser par le moyen d'artifices et d'ornements, mais pour la révéler en quelque sorte à elle-même en l'assujettisant aux opérations conceptuelles et langagières de la Poésie ou de la Fiction. Ainsi le prosateur n'est pas celui qui, ainsi que le dira Reverdy, se soumet aux prescriptions de l'enchaînement linéaire et de la logique des idées : « le prosateur s'exprime en développant une suc-cession d'idées qui sont déjà en lui et qui restent logiquement liées. Il déroule ». Mallarmé enroule, entrelace, entretisse : sa prose, théorie et pratique, est de l'ordre de l'involution. Du coup, la dichotomie poésie / prose s'estompe et disparaît du champ de questionnement mallarméen, tandis que l'oppositon vers / prose, maintenue et renouvelée, se fait poreuse, aménage des transitions et des liaisons non pas tant au béné-fice du premier qu'au profit de la seconde. Si formellement la prose n'est pas le vers, et si toute confusion trompeuse est ici tenue à l'écart, il reste que des superpositions et des croisements sont possibles qui assurent à la marche du prosaïque son fonctionnement poétique. « Visiblement, écrit Mallarmé, soit qu'apparaisse son intégralité, parmi les marges et du blanc ; ou qu'il [le Vers] se dissimule, nommez-le Prose, néanmoins c'est lui si demeure quelque secrète poursuite de musique, dans la réserve du Discours ».

  • Avant-Propos. Par Henri SCEPI

    [ Article non disponible en ligne]

Perspectives

  • Mallarmé : Prose, phrase et périphrase (entretien avec Henri Scepi). Par Michel DEGUY

    [ Article non disponible en ligne]

  • La prose réconciliée : Mallarmé architecte et musicien. Par Jany BERRETTI

    [ Article non disponible en ligne]

  • Towards a Poetics of Mallarmé's Late Prose [Résumé en français]. Par Malcolm BOWIE

    [ Article non disponible en ligne]

  • " Comme une araignée sacrée " : note sur Stéphane Mallarmé et les sciences du langage contemporaines (1842-1898). Par Jacques-Philippe SAINT-GÉRAND

    [ Article non disponible en ligne]

  • Mallarmé et la surface réversible : esquisse d'une poétique de la prose. Par Henri SCEPI

    [ Article non disponible en ligne]

  • Quelques réflexions sur le prosaïsme de Stéphane Mallarmé. Par Daniel OSTER

    [ Article non disponible en ligne]

Lectures

  • Pour (ou contre) un " Tombeau de Victor Hugo ". Par Bertrand MARCHAL

    [ Article non disponible en ligne]

  • Prose(s) pour Manet. Par Joël DALANÇON

    [ Article non disponible en ligne]

  • La Musique et les Lettres : premier jet et texte imprimé. Par Anne HOLMES

    [ Article non disponible en ligne]

  • Narcisse invisible : " Le Nénuphar blanc " de Mallarmé. Par Alain GIRARD

    [ Article non disponible en ligne]

  • Coup double (Sur " La Déclaration foraine "). Par Michel SANDRAS

    [ Article non disponible en ligne]

  • Mallarmé forgeant (tableau de genres). Par Jean-Luc STEINMETZ

    [ Article non disponible en ligne]

Autour de La Dernière Mode

  • " La Dernière Mode " de Stéphane Mallarmé. Par Rémy De GOURMONT

    [ Article non disponible en ligne]

  • Incrustations. Quelques remarques autour des proses de La Dernière Mode. Par Fumi YOSANO

    [ Article non disponible en ligne]

  • Le faune sous la toilette. Par Jean-Pierre LECERCLE

    [ Article non disponible en ligne]

Envois

  • Aux p'tits bonheurs. Par Marie ETIENNE

    [ Article non disponible en ligne]

  • Livres perdus. Par Paul Louis ROSSI

    [ Article non disponible en ligne]

Illustration Mallarmé et la prose

Nombre de pages : 280

Format : 15,5x22,5 cm

ISBN : 2-911044-22-3

ISSN : 0398-9992

Prix TTC : 18,50 euros

Date de parution :

01 juin 1998

Pour commander

Vanessa Merle
La Licorne
Tél. 05 49 45 32 10
[Ecrire]
Presses universitaires de Rennes
Tél. 02 99 14 14 01
[Site web]

Les Presses Universitaires de Rennes
 
 
Revue La Licorne - ISSN 0398-9992
Faculté des Lettres et des Langues - Maison des Sciences de l'Homme et de La Société
Bâtiment A5 – 5, rue Théodore Lefebvre, TSA 21103 - 86073 POITIERS - Cedex 9 – France
Tél : 05 49 45 32 10
http://edel.univ-poitiers.fr/licorne - lalicorne@mshs.univ-poitiers.fr
Page générée par Lodel

Administration du site (accès réservé)  - Crédits & Mentions légales