Numéro 3

Formes brèves. Métamorphoses de la sententia

Publié en ligne le 10 mars 2006

Les formes brèves, grecques et latines, semblent être restées à l'écart des études rhétoriques récentes. Or, sous leurs diverses manifestations (gnômè, chrie, sentence, dit mémorable, proverbe, adage, pointe), elles ont, de la plus haute antiquité à l'humanisme le plus tardif, retenu l'attention des grammairiens et de philosophes, qui se sont efforcés de les distinguer, de les définir, de les collectionner. Parallèlement à cette activité classificatrice et parfois contradictoirement, s'impose et se diversifie une pratique qui met en œuvre les modalités de réinsertion ou de neuf surgissement de ce type d'énoncé dans un contexte philosophique, oratoire ou poétique. C'est à observer ces divers fonctionnements et le théorisation qui, au cours des siècles, s'élabore à leur sujet, que c'est attaché le groupe Grammaire et rhétorique anciennes de Poitiers. L'originalité de ce séminaire qui, à la diversité complémentaire des approches méthodologiques allie un éventail diachronique qui va de l'époque archaïque au dix-septième siècle, pouvait, peut-être, répondre à cette complexité mouvante. Les recherches de chacun et la réflexion menée en commun autour d'elles — travail dont témoignent partiellement les essais qui suivent — auront au moins permis de repérer la stabilité de l'héritage gnomique dans ses énoncés comme dans ses emplois et, lors même qu'elle joue, paradoxalement, la forme du dit consacré pour mieux servir un autre esprit, une vitalité d'invention qui s'affirme et parfois se grise. De la citation qu'une séculaire répétition cristallise, à la pointe qui, pour briller plus vive doit subvertir le déjà-dit, en passant par la création psychagogique, se déploient les métamorphoses de la sententia : le resserrement qui la définit et l'isole la désigne en effet, fixée, à la mémoire et à la méditation libre, à l'exercice et au jeu.

  • Avant-propos.

    [ Article non disponible en ligne]

  • Présentation sémantique et recherches isocratiques. Par J.-P. Levet

    [ Article non disponible en ligne]

  • Les sens du mot creiva des origines à son emploi rhétorique. Par François Trouillet

    [ Article non disponible en ligne]

  • Les vertus de l’énoncé. Notes sur les Sentences de Publilius Syrus. Par Françoise Desbordes

    [ Article non disponible en ligne]

  • Remarques sur les sentences homériques. Par J. Villemonteix

    [ Article non disponible en ligne]

  • La sententia chez Quintilien. Par Fernand Delarue

    [ Article non disponible en ligne]

  • Le travail de la sentence chez Marc-Aurèle : philosophie et rhétorique. Par Monique Alexandre

    [ Article non disponible en ligne]

  • L’essence de Marjolaine ou ce qui, de l’adage, retint Érasme. Par Claudie BALAVOINE

    [ Article non disponible en ligne]

  • Ars Ingenii : la théorie de la pointe au dix-septième siècle (Baltasar Gracián, Emmanuele Tesauro). Par Pierre Laurens

    [ Article non disponible en ligne]

Illustration Formes brèves. Métamorphoses de la sententia

Nombre de pages : 216

Format : 15,5x22,5 cm

Prix TTC : 11,50 euros

Date de parution :

01 février 1979

Pour commander

Vanessa Merle
La Licorne
Tél. 05 49 45 32 10
[Ecrire]
Presses universitaires de Rennes
Tél. 02 99 14 14 01
[Site web]

Les Presses Universitaires de Rennes
 
 
Revue La Licorne - ISSN 0398-9992
Faculté des Lettres et des Langues - Maison des Sciences de l'Homme et de La Société
Bâtiment A5 – 5, rue Théodore Lefebvre, TSA 21103 - 86073 POITIERS - Cedex 9 – France
Tél : 05 49 45 32 10
http://edel.univ-poitiers.fr/licorne - lalicorne@mshs.univ-poitiers.fr
Page générée par Lodel

Administration du site (accès réservé)  - Crédits & Mentions légales