Maggie
A propos du « concert of doors » de Franz Kamin


Publication en ligne le 27 mars 2006

Texte intégral

11 – Or Franz Kamin dans son concert de portes chante

21 – Le nombre de Betti de Maggie quand elle quitte

31 – Sa culotte (panties, comme il dit) qu’elle se couche

41 – Indéformable (elle) (en référence) (je tache

51 – De maintenir cette anecdote assez courte

61 – Pour ne pas perdre de vue que ce que je touche,

71 – Vous fait toucher du doigt, dans ce poème, coûte

81 – Que coûte par la juxtaposition de chic

91 – D’éléments à la recherche d’une chute

101 – De cerises prévisibles sur l’herbe fait échec

111 – À la nécessité imperturbable du conte)

121 – S’il la secoue nue dans l’herbe qui crache

131 – Si même il la froisse la retourne (le toc

141 – Du poussin contre la coquille le choc

*

152 – Du bélier contre la porte de la tour, chocs

162 – Irréversibles différents en cela qu’ils chantent

172 – Le démantèlement de la forme (tocs

182 – Non tactiques comme ceux subis par M. (elle quitte

192 – Sa culotte, ai-je dit, mais pas pour ça) crache

202 – Sur elle, la mouille, y met le fer chaud, une couche

212 – De confiture de groseilles (on le raconte)

222 – D’amidon, que sais-je, K 2 R contre les taches

232 – Elle reste homéomorphe à elle même échec

242 – Patent des notions d’identité trop courtes

252 – (Je me souviens il y a des années d’une chute

262 – Dissemblable à celle qui maintenant me touche

272 – Dans la topologie algébrique (le chic

282 – De ces choses !) ne prévoyant pas ce que coûte

*

293 – De temps ce hobby pire que les puzzles n’écout

303 – Ant que mon courage, je lisais : o le choc

313 – De la définition annonçant le chic

323 – Du théorème : un ensemble (voyez, ça chante)

333 – Est bien troué si tous ses trous sont bons on touche

343 – Là, le vrai ! or, je me souviens que d’une toc

353 – Cata de Georg Muffat (sans doute) la chute

363 – M’interrompant brusquement, je me tins quitte

373 – Des déductions ultérieures ; cette courte

383 – Irruption braconnante suffit, je ne crache

393 – Pas pour autant sur le sujet ; mon échec

403 – À poursuivre me navre. ainsi, souvent, je couche

413 – Membres fatigués dans les draps, la tâche

423 – Journalière inachevée) dont aucun conte

*

434 – Ne saurait se suffire : le nom dans le conte

444 – Est la désignation trouée de ce qui coûte

454 – A dire ; le concert de portes de Kamin tâche

464 – D’enterrer le bien troué d’aider au choc

474 – Vif du silence qui affublera la couche

484 – De Maggie d’un invariant de dentelle, chic

494 – Parisien par où se rapatrie l’échec

504 – Musicophage du discontinu et chante

514 – Dans l’éther multidoigts qu’un axiome crache

524 – La chance rapetissée à ce que touche

534 – La chair inalgébrique dans sa paix courte

544 – La plus qu’imprécision du volume : toc

554 – À sa surface qu’à l’instant elle quitte

564 – Glissant le long de ses cuisses dans sa chute

*

575 – La chaconne généralisée de la chute

585 – Et vivant volume sans surface je conte

595 – L’aplatissement de Maggie puis je quitte

605 – Aussi le plan pour la suite : ce que coûte

615 – La raréfaction des dimensions, le toc

625 – D’une consonne frappant l’autre avec la tache

635 – D’une voyelle, entre, qui devient trop courte

645 – À la discipline involontaire du choc

655 – De ces glottes caverneuses qui la touchent

665 – Vous l’indique : lorsque Gauvain se couche

675 – Contre Florie et l’oiseau Willeris crache,

685 – Polyglotte, sa poussière de notes (chic

695 – Malgré tout en ses plumes babelières) et chante

705 – L’union des labiales et des voisées, l’échec

*

716 – Des dimensions un est patent (échec

726 – Intrinsèque) l’étoffe s’est enchevêtrée ; la chute

736 – Est difficile ; comment voulez-vous que chante

746 – Longtemps sur ce thème le criquet du conte

756 – Qui s’enchantait infiniment mieux du chic

766 – Des collections d’assiettes, cartes postales, quitte

776 – À retrouver l’âme, quand, par hasard, il crache

786 – Un Parzifal tyrolien ; cela ma coûte,

796 – Ayant abandonné Maggie sur sa couche

806 – Pour des raisons qui sont peut-être du toc

816 – De poursuivre ici avec vous ce qui touche

826 – À ma self-imposée mais imposante tâche

836 – D’élucidation métrique du choc

846 – Des nombres de Betti au travers de la courte

*

857 – Vision de Maggie sans panties (culottes) (courte,

867 – Forcément, puisqu’entre portes) qui fait échec

877 – À la topologie en jouant sur le choc

887 – Irréfragable de l’étoffe qui chute

897 – Aux pieds, pendant que l’œil recherche la tache

907 – Si difficile (comment voulez-vous que je chante

917 – Avec la hardiesse d’un piano sans touche

927 – La morale hémiplégique de mon conte

937 – Topologique, qui n’est pourtant pas du toc.

947 – Il a de l’allure également, du chic

957 – (Ce n’est pas du n’importe quoi qui se couche !)

967 – Sur ce point au moins, j’espère, tenez-moi quitte

977 – Qui savez très précisément ce que coûte

987 – La soupe dans laquelle de moins délicats crachent)

*

998 – Et sombre (la voyelle herbacée qui crache

1008 S’imbriquant entre les jambes du lambda plus courte

1018 Que le pré sous la robe de la Petra), me coûte

1028 Disais-je, délaissant la porte vide (l’échec

1038 De Franz K.), et la théorie des trous (quitte

1048 À la déployer ailleurs) de changer en choc

1058 Linéaire, même entrelacé de couches

1068 Superposées de fils rythmiques, ce qui est chute

1078 Bidimensionnelle, immergée dans le chic

1088 Euclidien du lit où sont les cuisses sans tache

1098 De M. (cuisses langagières ?, j’admets, toc ?

1108 Non ! mais la réalité de ce que chante

1118 Dans la langue du conte la langue du conte

1128 Qui chante en langue même ce qu’elle touche)

*

1139 – Résumons : dans son concert de portes K. touche

1149 À la topologie des panties et crache

1159 En passant sur la mort (qui nourrit les contes

1169 D’amitiés biodégradables par la vie courte

1179 Et complice) moi, à partir de lui, je chante

1189 En un compliment continuel qui me coûte

1199 Beaucoup d’efforts, le charme qui n’est pas du toc

1209 Des cuisses dépantiesées de M. (si l’échec

1219 De ma tentative algébrique est une tache

1229 Si une toccata suffit pour que je quitte

1239 Le labeur incommensurablement chic

1249 De fournir une théorie des Trous (choc

1259 Dans les abîmes du nom) adéquate aux chutes

1269 Des panties le long des cuisses qui se couchent

*

12710 – Peut-on vraiment m’en vouloir, quand une couche

12810 De peinture silence, recouvre tout ce qui touche

12910 À la banalité générale des chutes

13010 Ma tentative complexe mérite-t-elle qu’on crache

13110 Sur elle ?) je ne décrirai pas le choc

13210 De cette vision sur le musicien (conte

13310 Qu’il nous a transmis lui-même, ni le chic

13410 De l’étoffe mousseuse extrêmement courte

13510 Qui laisse cette impression quand elle la quitte

13610 Qu’elle ne quitte rien et pourtant enchante

13710 D’avoir été posée là à peine une tache :

13810 En projection, deux ovales (geste qui coûte

13910 Peu, semble-t-il ; le glissement sans échec

14010 Des visions jaillissant, sans corail, atoll toc ?)

*

14111 – De Cassini ou de Descartes ? (le toc

14211 Sin de la perspective), permissive (où couche

14311 Le luxe), lente, traquant le regard (à l’échec

14411 De la main) qui se lève vertical et touche

14511 L’adéquation déterminante (elle coûte

14611 Le souffle) de l’étoffe à la chair avant chute

14711 Enchante, dis-je, d’être tombée là, tâche

14811 Plane dont il n’y a rien à dire, l’ombre crache

14911 Sur elle depuis le bois dont Franz fait que chantent

15011 Ses portes. je ne décrirai donc pas le choc

15111 Sensible qu’elle fait alors qu’elle quitte

15211 En raison même du sujet de ce conte

15311 Le lieu qu’elle cachait (si) difficilement (courte

15411 Comme elle est) avec tant de concrétude chic.

*

15512 – Inutiles donc les conclusions bachiques

15612 – Que vous voudriez tirer de cela (vos toques

15712 – Magistériales ne m’impressionnent pas) la courte

15812 – Vision que j’exhibe est abstraite. Sur la couche

15912 – Est l’abstraction de Maggie, celle que le conte

16012 – Extrait du concert de Portes (d’un échec

16112 – De musique sculptante) est exemplum (quitte

16212 – À prendre froid sur l’herbe) de concepts qui touchent

16312 – Au concept à la fois de surface, au choc

16412 – (Indépendant de ce que lumière coûte)

16512 – Avec la notion de volume, ensuite chante

16612 – (Glissement, bien sûr, glissement de la chute)

16712 – Continuité et connexité, ne crache

16812 – Pas non plus sur les séquences où est la tache

*

16913 – D’être elle-même et différente, rythme tâche

17013 – Du zéro entre deux uns, théorie chic

17113 – S’il en fut, salut à toi, fontaine qui crache

17213 – Le tac du métronome au milieu des « toc »

17313 – De la barre de mesure. Maggie, et la chute

17413 – De ses panties représentent la plus courte

17513 – Parabole théorique possible, je la chante

17613 – En endécasyllabes Kitsch, avec couches

17713 – De consonnes superposées, qui ne coûtent

17813 – Rien ou presque à la fabrique, mais que le conte

17913 – Agence, assemble, en vue de fournir le choc

18013 – De la vérité du lieu (n’oublions pas l’échec

18113 – Cependant du plongement séquentiel (touche

18213 – Blanche dont nulle noire n’est jamais quitte))

*

18314 – Ça va être le moment que je vous quitte

18414 – Ayant accompli au mieux possible ma tâche

18514 – Sur un sujet, qui, en profondeur nous touche

18614 – Puisqu’il s’agit non du méprisable chic

18714 – Laudatoire conventionnel dont l’échec

18814 – Est patent (et ne vaut même pas qu’on crache

18914 – Après) non, dis-je, la mise en scène choc

19014 – De la transgression cristallo-gothique (toc)

19114 – Mais la parabole on ne peut plus simple (conte

19214 – Pour enfant) de la culotte d’M. qui chute

19314 – Au milieu du concert de portes de Franz (coûte

19414 – Que coûte, ne dissimulons pas nos sources) courte

19514 – À l’extrême, descendue pendant qu’elle se couche

19614 – Au conclave des consonnes qui la chantent.

Pour citer ce document

, «Maggie», La Licorne [En ligne], Textes de Jacques Roubaud, 1997, Revue La Licorne, Les publications, Roubaud, mis à jour le : 23/03/2006, URL : https://licorne.edel.univ-poitiers.fr:443/licorne/index.php?id=3359.